Et si mon père avait osé me dire …

et si mon père avait osé me dire

 

Son père est le premier homme dans la vie d’une fille. Il est la référence à comprendre pour s’en émanciper.

Si la fille a besoin d’entendre sa mère parler de son relationnel à l’Homme ; elle a aussi besoin d’entendre son père dévoiler son ressenti d’Homme dans son rapport à la Femme.

 

Il n’est pas l’homme de sa vie

Devenue pré-adulte, les filles sont mises à distance par leur père. Elles s’en libèrent pour s’aventurer au jeu de la séduction et du désir avec d’autres partenaires.

Nier la sexualité de sa fille pour cacher son désarroi et son incapacité à voir en elle une Femme, objet de désir ; lui interdire tout ce qui est en lien avec le corps et la séduction, sous prétexte de la protéger, n’est pas la préparer à devenir une adulte informée, autonome et responsable de ses choix.

De l’interdit, elle ne retiendra que la négation de son identité de Femme.

Mieux vaut prendre le risque de débattre avec elle de la complexité du rapport homme-femme : amants, concubins, époux, parents.

Un rôle d’équilibriste où le père redevient fils de, frère de, amant de, époux de… un voyage à la rencontre de son  histoire et des valeurs qui ont présidé à ses choix.

Si l’exercice en devient périlleux pour le père, il n’en est pas moins nécessaire. Ainsi un père idéalisé peut décevoir une fille qui apprendra ainsi à relativiser, à mieux se positionner dans l’affectivité et à poser les limites.

 

et si mon père avait osé me dire

 

Être en couple c’est s’affranchir des modèles

Notre 1er couple est celui joué par nos parents, même si l’un des deux est absent.

Dans cet inter relationnel conjugal, parfois opaque, quand l’intime parental ne se dit pas, quand la vie à deux se joue en socialement correct ; les enfants se l’imaginent à travers les actes du quotidien : attitudes physiques, échanges verbaux, comportements sociaux.

Ils découvrent un couple, parental, conjugal ou amoureux, en regardant évoluer un duo qui ne mesure pas l’impact du modèle qu’il donne à déchiffrer.

Il peut s’avérer difficile, pour une fille,  de se construire dans une pièce de théâtre aux rôles parfois ambigus ; surtout si le père semble nier le féminin de sa femme, et que la femme est socialement reconnue par son statut d’épouse et définie par son rôle de mère.

Rendues perplexes par ce qui leur est donné à voir, les filles se demandent comment leur père a choisi « leur » mère, elles s’interrogent sur l’authenticité de leur jeu social respectif et la véritable nature de leurs rapports affectifs et sexuels.   

Au-delà du modèle parental, elles aimeraient comprendre par quoi se jouent la séduction, l’amour, le respect, l’attention, le partage, le sexe.

Elles ne refuseraient pas de converser avec leur père de la place et du rôle de l’Homme dans une vie de couple ; de ses craintes et de ses attentes vis-à-vis de la femme.

Elles y gagneraient même…

 

 

Au jeu de la séduction, il est important de décoder…

Éduquer ses enfants n’est pas seulement les préparer à affronter la vie au plan matériel et professionnel ; c’est aussi les préparer à la sexualité et à la vie de couple.  

L’information à la sexualité met mal à l’aise beaucoup de parents car elle les renvoie à la nébuleuse de leur propre sexualité.

Mais les filles ont implicitement besoin de l’autorisation de leur père pour s’aventurer au jeu de la séduction avec d’autres hommes. Elles ont besoin de son regard rassurant et encourageant pour installer leur féminité et continuer à construire leur identité de Femme.

Débattre de sexualité et de vie de couple participe de leur éducation morale et affective ; c’est aller au-delà du tabou ou du socialement correct ; c’est confier à sa fille ses émotions et ses ressentis, c’est conter une histoire contextualisée ou non ; c’est partager des valeurs et une perception du relationnel à l’autre.

Les filles ont besoin de cet échange, de cet accompagnement, de cette parole masculine qui va au-delà de ce qui est joué par le couple parental.

Mais parler à leurs filles contraint les pères à analyser et à clarifier leur véritable rapport à la Femme.

Leur mère, qui n’est pas une femme et n’est que mère ; leur sœur, leur conjointe et toutes les autres, où l’amour se travestit au jeu de la séduction, du marivaudage, des liaisons et du mariage.

 

et si mon père avait osé me dire

 

Le père doit se dégager des attendus sociaux et culturels pour se raconter

C’est dans la confrontation au père que la fille apprend à accepter les failles et les faiblesses d’un homme.

Si le père se raconte dans sa relation à la Femme ; s’il se montre tel qu’il est réellement, un être humain imparfait avec une sensibilité, des attentes et des aspirations ; sa parole, en ouverture sur le comportement masculin, va aider sa fille à se construire en confiance, à enrichir ses positionnements affectifs, amicaux et  professionnels.

Par une parole objectivée et contextualisée, les pères peuvent offrir à leurs filles l’opportunité de s’affranchir d’un mythe, de s’émanciper d’un modèle essentiellement construit en réponse à des contraintes familiales et sociétales.

Le regard conjugué de leur père et mère, sur la diversité et la complexité de la relation homme-femme, leur procurent la liberté d’inventer leur couple, union de 2 singularités.

 

En contraignant leurs pères à revisiter leurs rapports à la Femme,

les filles les engagent à redéfinir leurs statuts et à réécrire leurs rôles.

 

Et vous, qu'en pensez-vous ?

%d blogueurs aiment cette page :