Femme Poto Mitan, suite et …fin ?

Femme Poto Mitan, suite et …fin ?

Femme « potomitan », expression Antillaise

« Potomitan » est une expression antillaise. Elle désigne le poteau central dans le temple vaudou.

Elle est symboliquement utilisée pour désigner la femme- mère, autour de laquelle tout s’organise, tout s’appuie et qui supporte, tel un pilier, les fondements de son univers.

Dans les Amériques noires, Antilles, États Unis et en Guyane, l’organisation familiale héritée du système esclavagiste, qui excluait la famille nucléaire et le couple, est centrée sur les femmes (mère, grand-mère, sœurs); les hommes sont en périphérie, absent ou « visiteur ».

 

Facteur culturel majeur, la « potomitance » deviendra un système.

Héritières de leur mère, leur grand-mère et leurs aïeules, les femmes s’inscrivent toutes dans la lignée de ces mères et épouses, élevant seules leurs enfants, emblématiques de force, de courage, d’autorité et d’abnégation.

Ce statut de potomitan se caractérise par cette sur-responsabilité de la femme, et la tendance chez l’homme, époux ou partenaire, infériorisé et considéré comme non-fiable, à ne pas assumer de responsabilités.

Les femmes ont, durant des générations, cultivé et transmis ce statut bardé du sens des responsabilités.

Elles l’ont fait de façon d’autant plus prégnante que les hommes, historiquement réduits à la servitude forcée dans les plantations, souvent absents du foyer, ont beaucoup plus intériorisé l’humiliation et l’infériorisation.

 

 

dieuseul_paul - artiste - potomitan

De la matrifocalité à la parentalité

On observe, aujourd’hui, une remise en question de la matrifocalité par une évolution des relations homme-femme et surtout une mutation des rôles féminins, masculins et parentaux.

Les femmes, présentes sur le marché du travail, à tous les niveaux de qualification, investissent la vie sociale, politique et économique.

Elles ont accédé à une relative indépendance économique, et ne se reconnaissent plus dans le rôle traditionnel de la mère au foyer.

De même, les hommes moins enfermés dans le rôle de support économique, désireux de se trouver une place et d’assurer le rôle de père, remettent en question l’image stéréotypée de l’homme volage et irresponsable, dont la reconnaissance sociale repose sur les performances sexuelles et les capacités financières.

 

metellus_bekens - artiste - potomitan

Faire évoluer les stéréotypes

Face aux injonctions contradictoires de nos rôles et de nos statuts, ne nous dirigeons-nous pas

vers une nouvelle définition des images féminines et masculines ;

une harmonisation des rôles con(jugaux), familiaux, professionnels et sociaux ?

Une redéfinition de la relation à l’autre ?

 

Construire la relation à l’autre exigera de nous, Femme,

la clarification de notre relation à nous-même

l’expression de notre capacité à nous définir, à nous estimer, à nous aimer, à nous dépasser

une conversation intérieure pour retrouver notre féminité, notre essence de femme, ce que nous sommes profondément,

la place que nous donnons à notre corps, à notre sexualité, à notre potentiel intellectuel et humain.

 

 

Définir "Je" est essentiel à la construction d'un "NOUS".

 

Répondre