Mon arbre me parle des Amours de ma lignée

 

Les ruptures ont remplacé les chagrins d’amour, Laura âgée de 52 ans, est enseignante et mère d’une fille de 31 ans.

Il y a longtemps, abandonnée par Paul « cet homme qu’elle a tant aimé », elle a été contrainte à avorter.

Puis mariée, aujourd’hui divorcée,  elle vit seule et s’interroge sur son « incapacité ou impossibilité à vivre un grand amour ». « Je ne rencontre que des hommes pris » répète-elle.

Elle raconte la saga familiale en partant des amours de sa fille et nous cheminons ensemble dans les méandres amoureux des femmes de sa lignée.

 

Mon arbre me parle des Amours de ma lignée

Norah, sa fille

Norah est née après une fausse couche et un avortement. Elle démarre sa vie amoureuse, quelques mois après le remariage de son père, en partageant les errances d’un jeune junkie.

Elle le quittera, très éprise d’un addict au jeu, avec lequel elle emménagera et qui disparaîtra en lui laissant le soin de payer les crédits contractés.

Aujourd’hui âgée de 31 ans, Norah, professionnellement stable, partage la vie de Yann, jeune cadre, de 3ans son ainé.

Laura qui les décrit comme « un couple amoureux et engagé » est pourtant sceptique, voire volontairement contrariante envers sa fille, refusant la réalité de cet amour « sans comprendre réellement pourquoi » dira-t-elle.

 

Elvina, sa mère

Elvina, mère de Laura et grand-mère maternelle de Norah, aujourd’hui décédée, est présentée comme une femme dure, un peu aigrie. Laura, émotionnellement troublée, préfère la raconter.

Elvina a 20 ans lorsqu’elle tombe éperdument amoureuse de  Louis, jeune mulâtre, de 22 ans, employé de bureau.

Nous sommes en 1957, son père, promu dans l’échelle sociale en devenant directeur d’école, aspire à voir sa fille faire un « bon » mariage, un mariage en ascension sociale.

Mais Elvina est enceinte et Louis est parti pour Cuba. Il y restera, s’y mariera et aura plusieurs enfants.

De ses  amours avec Elvina naitra un garçon, enfant naturel, administrativement né de père inconnu.

Elvina, jeune bourgeoise, fille mère, se mariera un an plus tard. Son mari reconnaitra son fils. Elle fera une fausse-couche avant la naissance de Laura.

 

Mon arbre me parle des Amours de ma lignée

Félicia, sa grand-mère maternelle 

Félicia, mère d’Elvina, grand-mère maternelle de Laura, arrière-grand-mère maternelle de Norah, a 18 ans lorsqu’elle est mariée à Norbert, 29 ans, fils d’un industriel, fraichement installé à La Trinité.

Un mariage qui fait la fierté de la mère de cette superbe octavone. Mais Félicia aime Jonas.

De son mariage avec Norbert naitront 7 enfants, 4 garçons et 3 filles. Elvina est la 5éme de la fratrie.

A 45 ans Norbert tombe malade. Peu avant sa mort, il fera promettre à Félicia de ne jamais se remarier. Elle respectera sa promesse et renoncera à Jonas.

 

mon arbre me parle d'amour

Mon arbre me parle des Amours de ma lignée

Comprendre, accepter,

Laura regarde pensivement son génogramme et c’est le déclic :

- A chaque génération, un amour irréalisable, un amour contrarié,

- Une souffrance trans générationnelle pour cause d’amour impossible : le renoncement de Félicia, le sacrifice d’Elvina, l’abandon de Laura une souffrance transmise par Félicia qui, à la génération suivante, touche la 3éme fille (Elvina), pour continuer, en 3éme génération,  avec le 3éme enfant (Laura).

- Serait-ce le tour de Norah, la 3éme grossesse de la 4éme génération ?

Comme si, à chaque génération, par loyauté inconsciente, la 3éme fille se devait de renoncer, de refuser, de s’interdire à vivre « un grand amour ».

 Accueillir les messages de son arbre généalogique, c’est déchiffrer les liens qui nous lient aux traumatismes, aux déceptions du passé et nous conduisent à reproduire les mêmes comportements.

C’est aussi reconnaitre leur souffrance et la restituer à nos ascendants.

 

Mon arbre me parle des Amours de ma lignée

Désobéir  par Amour

Pour accueillir l’amour dans sa propre vie, Laura doit se déprogrammer en modifiant son schéma mental. 

Elle peut, maintenant, poser un autre regard sur l’entêtement de sa fille à défendre le couple qu’elle forme avec Yann ; son opiniâtreté à revendiquer la sincérité de leur engagement.

Identifier les blessures transmises de génération en génération permet de nous réapproprier notre histoire et de décider de nos propres choix.

En ramenant l’Amour, Norah met un terme à cette transmission inconsciente, elle répare et ramène de la lumière dans son arbre.

Nous avons le droit, en conscience, de refuser certains héritages et de faire nos propres choix de vie.

 

Et vous, qu'en pensez-vous ?

%d blogueurs aiment cette page :